Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes. Nous ne les utilisons pas à des fins publicitaires. Si ces cookies sont bloqués, certaines parties du site ne pourront pas fonctionner.

Contenus interactifs

Ce site utilise des composants tiers, tels que NotAllowedScript65dcd3341b532ReCAPTCHA, Google Maps, MailChimp ou Calameo, qui peuvent déposer des cookies sur votre machine. Si vous décider de bloquer un composant, le contenu ne s’affichera pas

Réseaux sociaux/Vidéos

Des plug-ins de réseaux sociaux et de vidéos, qui exploitent des cookies, sont présents sur ce site web. Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Session

Veuillez vous connecter pour voir vos activités!

Autres cookies

Ce site web utilise un certain nombre de cookies pour gérer, par exemple, les sessions utilisateurs.

Actualités

Venise sous la neige

Écrit par Georges BERTE le . Publié dans Actualités

De Gilles Dyrek

La comédie culte et hilarante revient sur Paris !

Deux amis d’enfance se retrouvent pour dîner avec leurs compagnes respectives. Patricia, entraînée par son compagnon Christophe, avec qui elle vient de se quereller, ne prononce pas un mot.

Face à son silence, Jean-Luc et Nathalie pensent qu’elle est étrangère. Patricia se prend au jeu en entretenant le mystère. Elle s’invente un pays et une langue imaginaires, créant une succession de quiproquos jusqu'à faire basculer la soirée

Comédiens:
Rose Fernandez, Virginie Jaruselsky, Jean-Luc asenjo, Thierry Bardel
Mise en scène: Florence Bardel

Titus Andronicus

Écrit par Georges BERTE le . Publié dans Actualités

Titus Andronicus est sans doute l’une des pièces les plus violentes de Shakespeare. Le sang y coule à flots, aux yeux des spectateurs surpris d’un tel excès et d’une telle folie meurtrière emportant les personnages. Pièce dérangeante à bien des égards, cette tragédie s’inscrit dans la mouvance d’un théâtre de la cruauté, le public ayant à l’époque de Shakespeare le goût de la violence sur scène. De très nombreuses formes de violences se croisent et se multiplient dans cette pièce, que ce soit le viol, la décapitation, l’amputation, l’infanticide. L’intrigue est faite des nombreuses machinations et la pièce devient une tragédie de la vengeance. En effet, Tamora, reine des Goths, devenue impératrice de Rome après avoir séduit l’empereur Saturnius, profite de ce titre pour se venger de Titus Andronicus. Les deux fils de Titus avaient en effet immolé le fils aîné de Tamora à l’issue de la guerre opposant les Romains aux Goths. Cet outrage étant impardonnable aux yeux de Tamora, celle-ci met en place un dispositif terrible afin de venger son fils. Elle demande à ses deux fils, Démétrius et Chiron, de violer Lavinia, la fille de Titus Andronicus.

En plus de violer Lavinia, les deux frères vont lui couper la langue et les mains afin qu’elle ne puisse pas communiquer le nom de ses agresseurs. La folie vengeresse ne connaît guère de frontières et les deux fils de Titus Andronicus vont être accusés à tort d’avoir tué le frère de l’Empereur. Pour ce meurtre, ils seront décapités sur ordre d’Aaron, l’amant secret de l’impératrice. Ce dernier pousse le supplice encore plus loin en faisant croire à Titus que s’il se coupe une main ses fils seront sauvés. L’horreur arrive à son comble lorsque Titus, pour se venger de tels outrages, décident de tuer les deux fils de Tamora et de les lui faire manger lors d’un banquet.

On le voit, cette pièce est une tragédie de la noirceur de l’âme humaine. Shakespeare s’inspire de sources antiques telles qu’Ovide (avec l’histoire de Philomèle, proche de celle de Lavinia) ou Sénèque (avec l’histoire de Thyeste dévorant ses enfants sans le savoir) et les combine pour mener sa pièce au comble de l’horreur. La tragédie semble devoir passer par cet excès de violence et de démesure pour arriver à la paix finale garantie par Lucius, un des fils de Titus Andronicus qui parvient à instaurer un ordre nouveau après l’instabilité politique qui ouvrait la pièce.

La folie, feinte ou réelle, des personnages dépassés par leurs meurtres est omniprésente dans une pièce où l’on passe toutefois beaucoup de temps à raisonner, à ourdir de machiavéliques projets de meurtre. Ce que nous montre Shakespeare c’est la mise en crise des valeurs héroïques parce que l’homme est monstrueux et incapable de pardon. A cette crise des valeurs répond donc une crise des capacités du langage et du logos. En effet, les discours ne servent à rien, implorer la pitié d’autrui est vain. Tout n’est que meurtre. Il semblerait qu’on ne sorte jamais de ce cercle infernal. La soif de vengeance n’est jamais assouvie.

Comédiens:
Titus Andronicus : Lila Pierre
Marcus Andronicus : Lilian Moreau
Saturninus : Adèle Terris
Tamora : Sayf El agri
Lucius Andronicus : Clarisse Forestier
Aaron : Emaé Fabre Girardeau
Bassianus : Noé Coinon
Lavinia : Coline Platon
Chiron et Demetrius : Eliot Beloncle
Mise en scène assurée par le collectif.

Cinquième étage

Écrit par Georges BERTE le . Publié dans Actualités

Agent de liaison, opératrice radio, sniper, touche à tout, elles ont mis leur vie en danger et écrit les pages de l'histoire de la Résistance française.
Lyon, France, 1943. Armande, Claire, Solange et Marthe sont des résistantes engagées, courageuses et efficaces. Inconditionnelles de la liberté, elles sont prêtes à tout pour sauver la France de l'occupant qui l'étouffe.
De missions en missions, elles finiront par mettre au point et exécuter la mission dont tous les Français ont dû rêver.
Auteur: Natacha Astuto

Comédiennes:
Mireille Joffre: Marthe
Pascale Durand: Solange
Aude Canaud: Claire
Frédérique Sayagh: Armande
Mise en scène: Olivier Courbier

Mon ami Roger

Écrit par Georges BERTE le . Publié dans Actualités

De Philippe Avron
Parfois encordés, parfois embarqués, toujours complices, Philippe et Roger se perdent de vue, se retrouvent par hasard. Et quand ils se retrouvent, ils disent: "Qu’est ce qu’on fait ? Où qu’on va ? pars devant. J’assure !" Sur leur bateau de vie, le temps d’une traversée, ils embarquent avec eux: un instituteur, un prof de philo, un prof de mouvement, une messagère revoltée, un teckel, un cheval ailé, Dom Juan, Devos, Shakespeare… Comme dans la vie, quoi !

Philippe Avron mène depuis vingt ans une étonnante carrière solitaire avec des spectacles qui traquent la poésie de notre lot quotidien. Parce que chez lui l’amitié commande, Philippe Avron a écrit Mon ami Roger… On pourrait dire "mon amie"… Ce n’est pas une question de sexe, pas même une question de personne. C’est une question d’être au monde, d’être aux autres. Une question d’être là, fraternel, humain. Et nous avons tous en nous quelque chose de Roger…

Ce spectacle, qui manie les mots et le rire avec une rare élégance, a obtenu par deux fois, en 1999 et 2002, un Molière. Un délicieux cocktail d’intelligence et de drôlerie.

Comédiens:
Véronique Brouard: Anne-Sophie
Robert Maudet: Roger
Guy-Michel Souriau: Philippe
Mise en scène: Véronique Brouard